Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...

LE DEFILE MILITAIRE DU 14 JUILLET


Sources ECPAD et Internet

1/ de 1790 à 1914

Le 14 juillet 1790, les Fédérés partis de la place de la Bastille traversent Paris, précédés et suivis de la garde nationale, en direction du Champ-de-Mars où se déroule, dans un esprit d’union républicaine, la fête de la Fédération universelle de France qui commémore le premier anniversaire de la prise de la Bastille. Jusqu’au Directoire, l’aspect militaire du défilé ne constitue pas l’essentiel de la commémoration.
En 1797-1798 cependant, l’armée joue un rôle prédominant. Elle ne se contente pas de défiler, mais offre aux Parisiens une simulation de combat. À partir du Consulat (1799-1804), la célébration du 14 Juillet perd de son caractère populaire et voit le défilé militaire s’imposer. La date symbolique du 14 Juillet se voit même supplantée par des anniversaires liés à la vie de Bonaparte, voire plus tard à la monarchie restaurée. La IIIe République remet le 14 Juillet à l’honneur.
Un décret du 6 juillet 1880 instaure un défilé militaire que l'on connaît encore aujourd'hui. Cet événement doit alors effacer le souvenir de la défaite militaire subie pendant la guerre de 1870, la perte de l'Alsace et d'une partie de la Lorraine au profit de l'Empire allemand, et fortifier la République qui n'a pas encore dix ans. La première édition du défilé militaire a lieu à l'hippodrome de Longchamp, où il restera jusqu'en 1914. 
C’est avec ce décret que fêtes nationale et militaire coïncident désormais sans être jamais plus dissociées. Le défilé militaire devient une institution.
 

2/ De 1914 à 1945

Pendant le 1ère Guerre Mondiale, la manifestation se déroule à Paris.
Le 14 juillet 1915 est marqué par le transfert des cendres de Rouget de Lisle aux Invalides, aux côtés de Napoléon Ier, dans le caveau des Gouverneurs. La procession part de l'Arc de Triomphe contrairement aux années antérieures où le défilé se déroulait à Longchamp. 
Le 14 juillet 1916 rend hommage aux troupes étrangères venues combattre en France. Après avoir remis les diplômes aux familles des morts pour la Patrie et lu son discours, le président de la République, Raymond Poincaré, assiste au défilé des troupes qui comprend des détachements britanniques, russes, belges, hindoues et dont le départ se situe aux Invalides.

Pour le troisième 14 Juillet de la guerre, en vue de glorifier les combattants et d’encourager les troupes, Paris célèbre avec éclat la fête nationale en mettant le Poilu à l’honneur. La capitale organise la fête des drapeaux et un défilé de héros de la place de la Nation à la place Denfert-Rochereau.
Le 14 juillet 1918 met à l’honneur les « Sammies » américains entrés en guerre en avril 1917. La cérémonie se déroule sur l’avenue du Bois de Boulogne.
Le défilé du 14 juillet 1919 coïncide avec le défilé de la victoire et a lieu sur les Champs-Élysées.
Les maréchaux Foch, Joffre et Pétain défilent à cheval sur les Champs-Elysées - passant même sous l'Arc de Triomphe - pour célébrer la victoire de la Première Guerre Mondiale acquise quelques mois plus tôt. Ils ouvrent un cortège de 1000 blessés de guerre emmenés par André Maginot grand invalide lui aussi. Toutes les armées alliées défilent ensuite dans l’ordre alphabétique. L’armée française clôt le défilé avec ses 21 corps d'armée et ses chars d’assaut, symboles des nouvelles forces mécanisées liées à la mobilité, qui laissent entrevoir la physionomie des combats modernes à venir. 
C'est à cette occasion que le traditionnel défilé du 14 juillet prend ses quartiers sur l'avenue la plus célèbre de Paris

En 1921, la revue militaire est supprimée pour cause de canicule. 
Entre 1925 et 1928, une simple cérémonie a lieu place de l’Étoile. Il n’y a pas non plus de revue ni de défilé en 1929. De 1930 à 1934, le cérémonial se déroule sur l’esplanade des Invalides, empruntant le pont Alexandre III, les Petit et Grand Palais et les Champs-Élysées jusqu’à la Concorde. Les Champs-Élysées sont remis à l’honneur par Albert Lebrun en 1935. On retrouve les mêmes conditions qu’entre 1930 et 1934 pour la cérémonie de 1936, époque où la France connaît pourtant des bouleversements intérieurs sociaux ainsi qu’une politique étrangère confrontée à la montée du nazisme. De 1937 à 1939, la parade militaire retrouve les Champs-Élysées. 
Le 14 juillet 1939, dernier anniversaire avant la seconde guerre mondiale, marque aussi le 150e anniversaire de la Révolution. Les fêtes se déroulent du 12 au 16 juillet, rendant un triple hommage au drapeau, à l’armée et à l’empire. Un défilé de 300 000 hommes a lieu de l’Arc de Triomphe à la Concorde. La prestation des alliés britanniques aux côtés de l’armée française, qui exalte l’entente franco-anglaise, confère au défilé une impression de puissance qui semble rassurer une population inquiète
Pendant la 2ème Guerre Mondiale et malgré l’occupation allemande de la France, de 1940 à 1944, les cérémonies commémorant la fête nationale du 14 Juillet sont maintenues mais, elles se déroulent à Londres et dans les territoires ralliés à la France Libre.

Le défilé du 14 juillet 1945 consacre la Libération de Paris et de la France. Le défilé des troupes victorieuses, françaises et alliées,  se déroule de l'Arc de Triomphe à la place de la Nation en passant par la place de la Bastille où est installée la tribune officielle. La foule s'est massée sur le parcours tandis que la capitale s'est parée de drapeaux tricolores et alliés. 

14 juillet 1945, les chars de la 1ère DB arrivent place de la Concorde

3/Depuis 1946

Depuis cette date, les défilés du 14 Juillet sont l’occasion pour les armées de se présenter devant les Français avec leurs matériels et équipements les plus modernes et de mettre tout particulièrement à l’honneur les unités ayant participé aux opérations intérieures et extérieures. Mais le défilé évolue également comme la société ou en fonction de la doctrine de défense nationale et certains présidents de la République apportent des innovations de courte durée.

Lors du défilé du 14 juillet 1946, la présence de Ho Chi Minh, fondateur du Vietminh, à la tribune présidentielle, marque la vocation internationale française. 
Le 14 juillet 1954, deux mois après la chute de Diên Biên Phu, Paris rend hommage aux combattants d’Indochine en mettant à l’honneur les éléments du CEFEO ainsi que le Bataillon de Corée. 
Lors des 14 juillet 1958 et 1959 la France, tout en étant alliée des États-Unis, veut affirmer son identité et son indépendance. Ces 14 juillet seront les premiers dans lesquels la France fera défiler ses armes lourdes. Le défilé devient une vitrine pour montrer la puissance militaire française.
Le 14 juillet 1962 permet aux Français de célébrer les troupes de retour d’Afrique du nord. Les Alouette II de l’ALAT défilent pour la première fois dans le ciel parisien. 
Le 14 juillet 1971, la parade nationale met en avant certaines composantes de la dissuasion nucléaire. Les femmes défient pour la première fois.
Pendant son mandat, de 1974 à 1979, Valéry Giscard d'Estaing ayant pour volonté affichée de renouer avec la « tradition révolutionnaire » associée à la prise de la Bastille, déplace le défilé dans Paris chaque année, avec tout de même un retour fréquent aux Champs-Élysées :
- 1974 : Bastille à République
- 1975 : Cours de Vincennes
- 1976 : Champs-Élysées
- 1977 : École militaire
- 1978 : Champs-Élysées
- 1979 : République à Bastille
Depuis 1980, le défilé militaire a définitivement repris place sur les Champs-Élysées.
En 1982, François Mitterrand repousse le défilé à la nuit tombée. 
La célébration du bicentenaire de la Révolution française de 1789 redonne au 14 juillet un esprit de renouveau en exaltant les valeurs fondatrices qui, parties de France, sont aujourd'hui revendiquées par l'Europe en construction et, plus généralement, par la civilisation occidentale. C'est le sens de la présence du président américain, des chefs d'État européens et africains aux cérémonies du 14 juillet 1989.
Le 14 juillet 1991, le général Roquejoffre défile à la tête des éléments de la division Daguet engagée contre l'Armée irakienne lors de la guerre du Golfe en février 1991 dans le cadre de l'opération Tempête du désert.
Le 14 juillet 1994 est l'occasion d'exalter les valeurs partagées de la République dans la paix avec nos amis européens et ceux qui vécurent avec nous une histoire commune. Il permet aux Français de découvrir concrètement les nouvelles alliances et unités qui découlent du nouveau contexte géostratégique européen : l’Eurocorps défile à Paris.
Lors du 14 juillet 2007, avec ses 26 partenaires de l'Union européenne, l'armée française offre une prestation d'ordre international mettant en avant l'Europe de la Défense.
Le défilé du 14 juillet 2018 a pour thème la fraternité d’armes et met l’accent sur l’engagement des forces militaires et de sécurité intérieure pour la protection des populations.
Cent ans après, le défilé du 14 juillet  2019 est bien différent de celui de 1919 car il reflète les priorités du temps présent en mettant l'accent d'une part, sur l'innovation et les techniques les plus avancées au service des opérations, et d'autre part, sur l'engagement européen et la nécessité d'agir ensemble concrétisée par l'Initiative Européenne d'Intervention, tout en mettant à l'honneur les blessés des Armées en écho à ceux de la 1ère Guerre mondiale qui avaient ouvert le défilé de la Victoire en 1919.

4/ Le défilé aujourd’hui
Le cérémonial est parfaitement huilé. Les répétitions du défilé ont lieu en général le 12 juillet aux aurores, soit deux jours avant la date clé. Le défilé est commandé par le général Gouverneur militaire de Paris.
Il est précédé d’une animation mettant en scène un des thèmes d'actualité choisi pour le défilés.
Après le défilé des avions emmené par la Patrouille de France, le défilé des troupes à pied débute par la mise à l’honneur des pays étrangers invités dont les emblèmes défilent, de part et d’autre de l’emblème français.

L’école Polytechnique La Légion étrangère

Défilent ensuite les écoles militaires et celles du ministère de l’Intérieur, ainsi que des détachements de la gendarmerie nationale, des trois armées, du service de santé des armées, du commandement de la cyberdéfense, de la police nationale, des sapeurs-pompiers volontaires et professionnels, de l’administration pénitentiaire et de la douane française. Le défilé des troupes à pied est traditionnellement clôturé par la Légion étrangère qui parade sur un pas plus lent que les autres unités des armées françaises (88 pas/minute contre 116).
Le défilé des troupes à pied est suivi du défilé des hélicoptères, des troupes motorisées, puis des troupes montées. 
Une animation musicale ou sur un autres des thèmes d'actualité choisis clôt le défilé.



booked.net
+23
°
C
+23°
+19°
Fumel
Lundi, 02

Free counters!

MENTIONS LEGALES

Notre partenaire

cercle nautique Fumélois