Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...


Infos Marine Nationale et Défense


oui.gif  Retrait du service actif de la frégate anti-aérienne Jean Bart nouveau.png

jean_bart2.jpg

Admise au service actif en septembre 1991 la frégate antiaérienne Jean Bart a été retirée du service actif le mardi 31 août. Le bâtiment avait effectué sa dernière mission dans la zone maritime de l'océan Indien entre octobre et mars 2021.

Plutôt habituée des escortes de porte-avions, la frégate avait depuis plusieurs années démontré sa polyvalence dans des missions autonomes. Grâce à ses capteurs 3D performants et remis à niveau, notamment depuis l'installation en 2012 du radar de veille air SMART-S (équipant également le porte-avions Charles de Gaulle), le Jean Bart était capable de suivre précisément les activités aériennes, surface et sous-marines d'une région donnée.

Huitième bâtiment de la Marine nationale à porter le nom de Jean Bart, il rappelle le fort attachement à ce corsaire héroïque qui œuvra pour la France à la fin du 17ème siècle, mais aussi à la ville de Dunkerque, marraine du Jean Bart contemporain. Aujourd’hui, il symbolise une frégate de premier rang ayant parcouru près d’un million de nautiques (1 852 000 km) et accueilli des équipages fiers de servir à son bord durant ses 30 années de service actif. Cette frégate était capable d’agir dans de nombreux domaines de lutte.

Le Jean Bart, et son prédécesseur le Cassard, ont vocation à être remplacés par les deux dernières frégates multi­-missions à capacités renforcées en défense

aérienne, l'Alsace et la Lorraine.

A l’horizon 2030, la Marine disposera ainsi de 15 frégates de premier rang : 8 FREMM (dont deux FREMM DA), 2 frégates de défense aérienne (FDA) et 5 futures frégates de défense et d’intervention (FDI), en accord avec ce que prévoit la loi de programmation militaire.

oui.gif  Le programme européen d'avion de patrouille maritime remis en cause

Excédée par l'Allemagne, la France descend du programme MAWS (avions de patrouille maritime)

Source journal La Tribune 6 juillet

Selon nos informations, la France devrait prendre l'initiative de quitter le programme MAWS (avions de patrouille maritime) après la décision de l'Allemagne d'acquérir cinq P-8A Poseidon de Boeing. Très agacée par Berlin, Paris envisagerait un plan B à partir du Falcon 10X de Dassault Aviation

a320-avion-patrouille-maritime.jpg

La coupe est pleine pour la France. Selon nos informations, Paris doit prochainement annoncer la fin de sa participation au programme franco-allemand MAWS et se tourner vers une solution franco-française. La décision de l'Allemagne d'acheter aux Etats-Unis cinq avions P-8A Poseidon (Boeing) pour 1,43 milliard d'euros, a très fortement agacé en France, jusqu'à l'Élysée, pourtant jusqu'ici très germanophile. Mais là, trop c'est trop. La décision ne passe pas vraiment comme d'ailleurs les incertitudes sur d'autres programmes en coopération avec l'Allemagne, notamment le Tigre Mark 3, qui est une priorité de l'armée de terre. D'autant qu'en France, personne ne croit vraiment à l'achat de cinq avions P-8A Poseidon en tant que "solution provisoire" en remplacement des vieux P-3C Orion de l'armée de l'air allemande. Clairement, Paris estime s'être fait roulé par Berlin.

oui.gif  Quelques brèves Marine d'actualité récente 

  • Les successeurs des Abeille Flandre et Languedoc sont arrivés au Havre. cliquez_ici.gif
  • La France propose de contribuer à la rénovation de la marine grecque.  cliquez_ici.gif

oui.gif  Hubert Faure, doyen des survivants du Commando Kieffer est décédé le 17 avril 2021 à Paris nouveau.png

faure.jpg

Une vie de combats

Né le 18 mai 1914 à Neuvic en Dordogne, quelques mois avant le début du premier conflit mondial, Hubert Faure fait ses études au lycée jésuite Saint-Joseph de Sarlat. En 1933, son père, huissier, ancien poilu, meurt des suites des blessures aux gaz subies lors de la bataille de Verdun. Ce qui ne décourage pas la vocation militaire du jeune homme, puisqu’il rejoint le 22e régiment des dragons de Pontoise à l’âge de 20 ans.

Au cours de la bataille de France, il combat sur les fronts de l’Aisne et de la Meuse puis participe, sous les ordres du colonel de Gaulle, à la bataille de Montcornet, l’une des seules tentatives de contre-offensive face au déferlement de l’armée allemande. Fait prisonnier en juin 1940, il parvient finalement à rejoindre les Forces françaises libres en Angleterre : après avoir échappé aux Allemands, il tente de passer par l’Espagne et se retrouve dans les geôles franquistes, puis portugaises, avant d’atteindre son but, en 1943. Il peut alors intégrer le 1er bataillon de Fusiliers Marins Commandos du lieutenant Philippe Kieffer. Il porte le badge 134.

Le débarquement

Après un entraînement intensif en Écosse, Hubert Faure débarque, aux côtés de ses 176 camarades, à Sword Beach. « Une poignée de braves dans l’armada de la liberté », selon les mots du ministère des armées, qui participe à des épisodes célèbres, dont l’assaut sur le casino de Ouistreham, transformé en bunker par les forces allemandes. Au-delà du débarquement lui-même, les soldats du commando Kieffer se distinguent en Normandie : « Face à la ténacité allemande, les fusiliers marins tiennent pendant des semaines », souligne le ministère.

Tenace, Hubert Faure l’est particulièrement : blessé, il est rapatrié en Angleterre et « guérit avec la même soif de vie qui lui permit de réchapper successivement aux geôles de trois nations différentes », rappelle l’Élysée. La veille de son second débarquement normand, il est blessé à la colonne vertébrale dans un accident de véhicule, rentre en Dordogne pour se rétablir… et rejoindre son commando dans les Pays-Bas, pour poursuivre avec eux l’assaut de l’île de Schouwen en février 1945.

N’étant pas en mesure de poursuivre sa carrière militaire après la Libération, il devient ingénieur des travaux publics, mais continue, jusqu’au bout, à témoigner et à raconter ces pages héroïques de l’histoire de France. Hubert Faure venait d’être élevé au rang de Grand-Croix de la Légion d’Honneur, le 1er janvier 2021, et sa disparition ne laisse plus qu’un seul survivant du commando Kieffer, Léon Gautier, âgé de 98 ans, qui habite à Ouistreham.

Il possédait une maison de vacances à Bayas dans le Libournais où il séjournait régulièrement avec son épouse. la 23 avril il a reçu les honneurs militaires lors d'une cérémonie religieuse en l'église Notre-Dame de l'Assomption. Le 24 avril il était inhumé au cimetière de Bayas.

oui.gif  Lancement du plan "Ambition Armées Jeunesse"

une ambition renouvelée des armées pour la jeunesse

Dans la droite ligne du plan gouvernemental « 1 jeune – 1 solution », le Plan « Ambition armées-jeunesse » réorganise les dispositifs et politiques jeunesse du ministère afin de les adapter aux différentes phases du SNU et de mieux répondre aux aspirations de la jeunesse. Cela passe notamment par la création d’un parcours défense innovant dès 13 ans, visant à consolider le lien Armées-nation.

Le plan « Ambition armées-jeunesse » vise en particulier trois objectifs : relever le défi de l’attractivité des armées, contribuer à la construction d’une citoyenneté active et participer à l’insertion socio-professionnelle, notamment des jeunes les plus en difficulté.

Pour en savoir plus, cliquez_ici.gif

Un peu d'histoire concernant l'usage du fanion :

C’est vers le 15e siècle que le fanion apparaît sur les champs de bataille. Il servait à respecter des alignements, des jalonnements pour la portée des armes… Petit à petit, les bataillons se sont appropriés un fanion pour représenter les armes et les valeurs des chefs de bataillon. A l’époque Napoléonienne, les fanions ont quelque peu disparu car l’empereur avait souhaité les simplifier par une couleur différente pour chaque bataillon sans autre marque de reconnaissance. Cela lui permettait de constater à distance la position de ses bataillons et d’éviter que les ennemis se congratulent lors de la prise d’un « drapeau ». Par la suite ils revinrent à la distinction des compagnies, des états-majors, signes de reconnaissance parmi tous les militaires.

Dans la cas présent, le fanion se transmettra de PMM en PMM

oui.gif  Focus sur les autorités Marine régionales et départementale

Le Commandement de la Marine à Bordeaux repose sur le commandant (COMAR Bordeaux) et l’unité marine à Bordeaux, formation administrative, qui le soutient dans l’accomplissement de sa mission. Depuis le 1er septembre 2018, le commandement de la marine à Bordeaux est confié à l’officier général de la marine, sous-directeur adjoint Opérations et chef de détachement de la Direction de la maintenance aéronautique (DMAé) Bordeaux.

La fonction est exercée par le contre-amiral Olivier Stosskopf, spécialiste de l’aéronavale et du soutien aéronautique (il a dirigé l’atelier industriel aéronautique de Cuers Pierrefeu), diplômé de l’école nationale de l’aéronautique et de l’espace,

Le commandant de la marine (COMAR Bordeaux) représente, en Nouvelle-Aquitaine, l'amiral commandant la zone maritime Atlantique. Il participe au rayonnement de la marine nationale par les relations établies, la valorisation des activités locales de la marine, l'organisation d'événements spécifiques de relations publiques et l’utilisation des préparations militaires marines (PMM) dont il assure l’encadrement, l’organisation et le suivi. Il organise les escales des bâtiments militaires français et étrangers à Bordeaux, Pauillac, Le Verdon et Blaye.

La zone d’action du COMAR Bordeaux couvre les sous-secteurs maritimes côtiers (SSMC) du Pertuis/Gironde et Landes-Bayonne (depuis la dissolution de COMAR Bayonne le 1er janvier 2017) et s’étend sur 12 départements, pour une superficie équivalente à celle de l’Autriche. Cette zone correspond à la zone de défense et de sécurité du Sud-Ouest, ainsi qu’à la région administrative « Nouvelle-Aquitaine ».

Les attributions de commandant de formation administrative « unité marine à Bordeaux » (MARINE BORDEAUX) sont dévolues à l’adjoint au COMAR Bordeaux. A ce titre, ce dernier exerce les fonctions d’autorité militaire de premier niveau et de chef d’organisme, au sens de la santé et la sécurité au travail.

La fonction est exercée par le capitaine de corvette Karine Trastour, officier spécialisé de marine.

Née en 1977, sa scolarité effectuée à Cagnes sur Mer l’amène tout naturellement à lUniversité de Nice Sophia Antipolis d’où elle sort diplômée en ingénierie des ressources humaines en 2000. Après avoir exercé comme consultante en reclassement au sein de la Marine nationale à Paris, elle est recrutée en 2001 comme officier sous contrat adjoint au chef de service de la section reconversion et occupera ensuite jusqu’en 2015 plusieurs postes de responsabilité dans le domaine des ressources humaines, du recrutement à la reconversion. Elle exercera ensuite au sein du service communication (SIRPA Marine) puis sera chef du bureau des logements avant de revenir au sein du bureau "condition du personnel de la marine" comme chef de la section action sociale et familles, fonction qu’elle occupera jusqu’à l’été 2020 qui marquera une nouvelle étape de sa carrière.

Le 31 juillet 2020, le contre-amiral Olivier Stosskopf, commandant de la Marine à Bordeaux, a fait reconnaître le capitaine de corvette Karine Trastour comme nouveau commandant de l’unité marine à Bordeaux. Ce sera la première femme à la tête de cette unité.

passcom_Bordeaux.jpg richard_agenet.jpg
Remise du commandement de "Marine Bordeaux" au capitaine de corvette Karine Trastour par le contre-amiral Olivier Stosskopf

Remise de la lettre de félicitations par le contre-amiral Olivier Stosskopf au lieutenant de vaisseau de réserve Richard Agenet.

Le COMAR Bordeaux est représenté dans chaque département par un assistant départemental qui est généralement officier de réserve.

Dans le Lot-et-Garonne, le poste est tenu par le lieutenant de vaisseau de réserve Richard Agenet

Entré dans la Marine Nationale en 1980 pour intégrer l’école des électromécaniciens d’Aeronautique Navale, il a été breveté Personnel Naviguant en 1984 sur Bréguet Atlantic à la Flottille 21F. Il a effectué toute ma carrière dans l’aéronautique Navale, en Patrouille Maritime mais également au centre d’expérimentation pratique de l’aéronautique Navale, puis à l’Etat Major de la Marine à Paris comme Officier Programme de Guerre Électronique Aéroporté. Il totalise près de 6000 heures de vol sur tous types d’aéronefs. Après avoir quitté la Marine en 2011, il est officier de réserve au commandement de la Marine Bordeaux depuis 2014 et assistant départemental pour la Marine dans le Lot-et-Garonne où il représente le COMAR Bordeaux.

Le lieutenant de vaisseau de réserve Richard Agenet s’est vu remettre une lettre de félicitations au cours de la cérémonie de présentation au fanion de la préparation militaire marine d’Agen « Commandant Bouan » (1ere promotion) pour son investissement dans la réalisation des parrainages des établissements scolaires par des unités de la Marine et de la journée des Classes de Défense et de Sécurité Globale du Lot-et-Garonne, organisée en novembre 2019.

oui.gif  Les équipements majeurs prévus par la LPM 2019-2025

Une présentation synthétique des équipements majeurs devant équiper les Armées selon les prévisions de la loi de programmation militaire en cours d'application cliquez_ici.gif

Cela permettra à la Marine de renforcer ses capacités de combat ainsi que d'assistance et de soutien à la flotte.

oui.gif  Les programmes qui vont façonner la Marine du futur

La flotte française est engagée dans un vaste plan de renouvellement comme elle n’en connait que tous les trente à quarante ans. En moins d’une décennie, la physionomie de la Marine nationale a déjà sensiblement évolué, et la modernisation est en train de s’accélérer avec la concrétisation ou la préparation de nouveaux programmes.
C'est cette évolution que présente la revue Mer et Marine dans un article publié le 01/02/2021 par Vincent GroizeIeau

Pour le consulter cliquez_ici.gif

oui.gif une plaque souvenir déposée sur le sous-marin "Minerve"

Nos amis de l’AMP de Dordogne (amicale des marins du Périgord qui a succédé aux AMMAC de Dord

ogne) ont l’obligeance de nous retransmettre ce message d'Hervé FAUVE, fils du commandant de la Minerve S647 ;

En cliquant sur le lien proposé, vous aurez accès à 2 vidéos relatives à la dépose de la plaque sur l'épave par 2250 m de fond ; une prouesse technique impressionnante !

« Bonjour,

Lors de la découverte de l’épave de la Minerve le 21 juillet dernier j’avais proposé d’y apposer une plaque commémorative. Vous aviez été nombreux à soutenir ce projet.

Faute de moyen opérationnel je n’avais pu le mettre à exécution.

Le 20 décembre dernier j’ai été contacté par un mécène, Victor Vescovo, milliardaire américain, passionné de plongée par grande profondeur. Il nous proposait, sans contrepartie d’aucune sorte, d’effectuer une plongée sur l’épave de la Minerve à bord de son sous-marin personnel conçu pour plonger jusqu'à 14 000 m. Ancien officier dans la Navy Américaine il se sentait solidaire des hommes de la Minerve et avait été touché par ce drame.

Sa proposition de plonger sur l’épave à la fin du mois de janvier permettait de réaliser 2 objectifs :

* Poser la plaque que vous alliez être très nombreux à financer à travers une collecte.

* Recueillir des informations complémentaires car les images prises en juillet dernier n’étaient pas suffisantes pour comprendre les causes du drame.

Après avoir obtenu l’aval de la Marine et de la DRASSM (Département des Recherches Archéologiques Subaquatiques et Sous-Marines), car la tombe des hommes de la Minerve est, pour ma plus grande surprise, considérée comme un site archéologique, nous avons pu organiser cette plongée ce samedi 1° et ce dimanche 2 février.

Les familles étaient représentées par Christophe Agnus et moi-même. Nous étions accompagnés de l’Amiral Barbier, sous marinier en retraite ayant une grande connaissance des sous-marins de type Daphné (classe de la Minerve) et dans l’analyse d’accidents. La Marine et la DRASSM étaient également représentées. Le nombre de places sur le bateau était très limité nous ne pouvions être davantage.

Au cours de la plongée nous avons trouvé des morceaux du sous-marin qui n’avaient pas été filmées, nous avons pu également avoir des vues sous des angles qui nous manquaient.

Nous avançons dans la compréhension des causes du drame et confortons des hypothèses dont nous reparlerons.

Et pour la première fois, je crois, dans l’histoire de la marine Française, une plaque commémorative a pu être posée sur une épave. J’ai eu le privilège de pouvoir la poser par 2250 m de fond à 10h30 ce 2 février. Elle repose sur le pont de la Minerve à côté du sas d’entrée. La Marseillaise a alors retenti à partir du sous-marin sur l’épave en l’honneur de l’équipage.

Je vous propose de vous faire une idée de cette pose à travers 2 vidéos accessibles en cliquant sur ce lien :

https://hervefauve.wixsite.com/270168minerve/depot-plaque

Une cérémonie restreinte sera organisée dans la chapelle de la base de Toulon ou sera posée la réplique de la plaque. Par respect pour les familles de l’Eurydice dont le 50° anniversaire de la disparition sera commémoré les 6 et 7 mars, elle se fera à une date ultérieure.

Cordialement

signé Hervé Faure »

oui.gif Enseignement de défense et parcours de citoyenneté. Impact Marine dans le Lot-et-Garonne

  1. Les dispositifs "Classes Défense et sécurité globales" (CDSG) et "Cadets de la Défense"

Les "Classes Défense et Sécurité Globales" (souvent connues sous l'acronyme CDSG) comme les Cadets de la Défense appartiennent aux mesures mises en oeuvre par le Ministère des Armées dans le cadre de son Plan Égalité des Chances. Ces deux dispositifs contribuent à la mise en oeuvre d'un projet pédagogique et éducatif interdisciplinaire et pluriannuel, en lien avec la défense et la sécurité, souvent dans le cadre d'un partenariat actif entre les jeunes, les classes et une unité militaire.

Les "Classes Défense et Sécurité Globales" et les "Cadets de la Défense" sont deux dispositifs phares du Plan Egalité des chances mis en place par le Ministère des Armées. Tournés vers la jeunesse, ces actions de partenariat participent pleinement aux priorités inscrites dans le protocole interministériel de mai 2016.

Les CDSG comme les Cadets favorisent le lien armées-Nation-jeunesse, renforcent l'enseignement de défense et participent à  la lutte contre le décrochage scolaire.

Le dispositif CDSG

Créées en 2005 dans l'académie de Nice, les CDSG n'ont cessé de se développer. Institutionnalisé et intégré officiellement dans le Protocole interministériel de 2016, le dispositif comprend aujourd'hui près de 300 classes et concerne plus de 6 000 élèves, dont environ 20% en éducation prioritaire. Plus de 200 unités militaires (gendarmerie et Délégations Militaires départementales comprises) parrainent une classe.

Il existe aussi des "classes Sécurité civile" dont les attendus sont similaires mais qui fonctionnent en partenariat avec des unités sous contrôle du ministère de l'Intérieur (police, pompiers, sécurité civile...).

Il n'est pas nécessaire que l'unité marraine soit co-localisée avec l'établissement ou la classe mais il importe de maintenir des liens forts par la visite au moins une fois dans l'année de l'unité, et une participation à des cérémonies patriotiques (8 Mai, 18 Juin, 11 Novembre).

Les CDSG sont une déclinaison concrète du "parcours de citoyenneté" et une traduction de la façon dont l'enseignement de défense peut se faire au collège et au lycée. En s'appuyant sur les programmes - et notamment ceux d'histoire, géographie et EMC - les CDSG sont un outil supplémentaire qui concourt à la formation de la personne et du citoyen, en soulignant le sens de l'engagement dans la durée et en préparant son orientation future.

Les chefs d'établissements et les équipes pédagogiques témoignent d'un impact très positif du dispositif sur les élèves et la classe. Les CDSG apportent, en effet, un cadre structurant et stimulant qui a des effets sur la motivation, le comportement et l'appétence scolaire des élèves. S'appuyant sur un enseignement concret, elles donnent du sens aux apprentissages tout en valorisant l'implication des élèves.

Le dispositif en Lot-et-Garonne

CDSG_47_1.png

CDSG_47_2.png

Le 14 novembre 2019, à l’initiative du trinôme académique (IHEDN, DMD et DASEN), toutes les CDSG du département (une première en France) étaient réunies sur l’aérodrome d’Agen la Garenne aux côtés de leurs unités marraines qui présentaient leurs matériels et les circonstances de leur mise en oeuvre opérationnelle en présence de la préfète, l’OGZDS-SO et du COMAR Bordeaux

Les 250 élèves ont ainsi pu approcher les matériels aériens Rafale Air, Rafale Marine, Caiman Marine, Tigre ALAT et discuter longuement avec les équipages comme avec les opérateurs des nombreux matériels terrestres déployés pour l’occasion

CDSG_47_3.jpg

Le dispositif Cadets de la Défense

A la différence des CDSG, qui s'inscrivent dans le temps scolaire, les Cadets de la Défense sont un dispositif hors-temps scolaire, sur la base du volontariat. Les centres Cadets, au nombre de 26, sont implantés au sein d'unités militaires et proposent à des jeunes âgés de 14 à 16 ans des activités à vocation éducative, ludique, sportive et citoyenne. Ces actions sont encadrées par des militaires d'active ou de réserve et des enseignants volontaires.

Regroupant une trentaine de jeunes qui se portent volontaires et qui sont sélectionnés pour leur motivation à s'inscrire dans ce programme, le dispositif est d'abord un outil de mixité sociale: il réunit des Cadets de différents établissements scolaires en cherchant l'application du principe de parité filles-garçons. Les Cadets portent une tenue uniforme pendant les activités.

Chaque centre Cadets se fonde sur un partenariat entre l'unité militaire et le rectorat. Ce dernier est généralement représenté par le directeur académique des services de l'éducation nationale (DASEN). Le contact initial entre la défense et l'éducation nationale est généralement conduit par le DMD (délégué militaire départemental), représentant de l'institution militaire au niveau du département.

Les Cadets de la Défense sont un dispositif reconnu légalement par la Loi n° 2017-86 du 27 janvier 2017 relative à l'égalité et à la citoyenneté.

Le Lot et Garonne ne dispose encore de centre Cadet pour l’instant

Ce dispositif est à distinguer de celui des Cadets de la Sécurité civile institué par la loi n°2004-811 du 13 août 2004 relative à la modernisation de la Sécurité civile

La création des Cadets de la Sécurité civile s'inscrit dans le cadre de la promotion des valeurs de la République et des démarches citoyennes.

Ce dispositif se traduit par un partenariat étroit entre les établissements scolaires et les services d'incendie et de secours, sous couvert, dans chaque département, d’un accord entre le préfet et le directeur académique des services de l'éducation nationale.

En Lot-et-Garonne, une convention entre l’Inspection académique et le SDIS 47 permet d’organiser des classes de cadets de la sécurité civile, choisie comme option par les élèves, au sein de quatre collèges : André-Crochepierre à Villeneuve-sur-Lot, Lucie-Aubrac à Castelmoron, Jean-Rostand à Casteljaloux et Henri de Navarre à Nérac. Au sein de ces classes, les adolescents sont sensibilisés aux comportements de prévention, ce qui doit favoriser leur engagement ultérieur au sein de la sécurité civile.

A noter également que le SDIS 47 développe un axe fort du volontariat parmi les jeunes collégiens et lycéens avec la création des sections des jeunes sapeurs-pompiers (JSP). Quatre sections existent déjà à Duras, Tonneins, Le Passage et Cancon, et deux autres sont en cours de création, à Fumel et Lavardac.

Le JSP bénévole et motivé, est initié aux techniques de lutte contre l’incendie et peut passer le brevet national de jeunes sapeurs-pompiers (BNJSP) qui permet de devenir sapeur-pompier volontaire (SPV) sans avoir à passer une période probatoire, c'est-à-dire une formation initiale.

2 Les préparations militaires « marine »

Les Préparations Militaires Marine (PMM) sont des stages organisés par la marine nationale qui s’inscrivent dans le prolongement du parcours de citoyenneté effectué par les jeunes Français. En complément de la journée défense citoyenneté, elles visent à susciter leur adhésion à l’organisation et aux valeurs des forces armées.

Ouvert aux jeunes gens à partir de 16 ans, ce stage présente l’organisation, la politique et les enjeux de la défense, l’organisation générale de la marine nationale, avec une présentation de ses missions, des moyens matériels dont elle dispose ainsi que des métiers qui sont exercés au quotidien par des milliers d’hommes et de femmes.

Au travers de 12 samedis répartis sur l’année scolaire, il propose, en Nouvelle Aquitaine , dans les centres de Bordeaux, Poitiers, Rochefort, Brive-la-Gaillarde, Angoulême, Bayonne, Pau  et à partir de cette année à Agen, des formations militaires et maritimes théoriques et pratiques telles que :

-          initiation à la manœuvre, à la navigation et à la sécurité en mer,

-          entraînement au maniement d’armes, au tir et aux défilés,

-          initiation à la lutte contre les incendies.

Des cours dispensés par des moniteurs de secourisme permettent aux stagiaires d’obtenir l’attestation de formation aux premiers secours.

Une période bloquée d’une semaine dans un port militaire est l’occasion d’avoir une première expérience de la vie en équipage et, dans la mesure du possible, d’effectuer une sortie en mer.

A l’issue du stage, les stagiaires volontaires et aptes peuvent intégrer la réserve opérationnelle de la Marine, en suivant une formation initiale de réserviste qui leur fera découvrir les métiers de guetteur de la flotte, fusilier, secrétaire militaire ou marin pompier. Ils effectueront ainsi des activités opérationnelles pendant leurs périodes de réserves rémunérées, généralement au cours des vacances scolaires.

Ceux d’entre eux agés de 17 ou 18 ans, pourront postuler pour un engagement pour l’un des trente-cinq métiers que propose la Marine.

Pour les autres, cela représente une première expérience sans obligation avec le milieu militaire. Cela leur permet de recevoir un enseignement de défense et découvrir la Marine.

Dans le Lot-et-Garonne, un centre de Préparation Militaire Marine d’Agen a été ouvert en octobre 2019 et hébergé par le 48ème régiment de transmissions, ce qui permet également aux stagiaires de voir une autre facette des forces armées.

Le 7 décembre a eu lieu la cérémonie officielle de remise du fanion de la Préparation Militaire Marine Commandant Bouan. Présidée par le contre-amiral Olivier de Stasskapf, Commandant de la Marine à Bordeaux, cette cérémonie marque le début de la formation des 14 stagiaires filles et garçons de 18/19 ans, par la remise solennelle de leur fanion, emblème de la Préparation Militaire Marine.

oui.gif L'album des coiffures et attributs militaires

La section UNC de SAINT GILLES DE CROIX DE VIE présente une collection très complète des coiffures et autres attributs créés au sein des Armées françaises et
étrangères. cliquez_ici.gif

oui.gif Cherbourg, la plus grande rade artificielle du monde

L'histoire en images de la construction de la digue qui a donné au port de Cherbourg la destinée qu'on lui connait aujourd'hui en lui conférant une importance stratégique inégalée. Pour en savoir plus....

oui.gif Toulon et sa rade 

La rade de Toulon abrite le port militaire de Toulon qui est la principale base navale française en accueillant la majeure partie de la Fore d'action navale comprenant notamment le porte-avions Charles de Gaulle ainsi que les sous-marins nucléaires d'attaque, ce qui représente plus de 60% du tonnage de la Marine nationale.           

 Visitez la rade de Toulon en images...PPS.jpg

oui.gif Une visite virtuelle des bâtiments et aéronefs de la Marine nationale

Cliquer sur le lien et aller à la découverte,…..
C'est superbe et l'on s'y croirait vraiment !!
A visionner sans modération ………….!!!!

http://visites.colsbleus.fr/index.html
 

oui.gif Les plus beaux voiliers du monde : PPS.jpg

oui.gif La face cachée de l'Hermione

La nouvelle Hermione, dont la construction a demandé près de vingt ans, réplique en tout point de la première frégate du XVIIIe siècle, a dû, sécurité oblige, sacrifier à la modernité et répondre aux conditions que l’on exige en 2015, pour autoriser un bateau à prendre la haute mer.

Le document qui vous est proposé montre  comment ces aménagements ont été intégrés dans la frégate.

Pour en savoir plus,  cliquez_ici.gif

 oui.gif Information sur le recrutement dans la Marine Nationale

Chaque année, la Marine nationale propose à 3500 jeunes de 16 à 30 ans du niveau 3ème à Bac+5 de rejoindre ses équipages parmi 50 métiers.

Etre marin, c’est choisir d’être militaire, professionnel de la mer, c‘est choisir d’évoluer dans une institution où les valeurs de solidarité et d’autonomie se vivent au quotidien.

Selon le niveau d’études trois filières d’accès sont proposées pour devenir :

Matelot de la Flotte et quartier maître

Officier marinier

Officier

Cliquez sur une des filières pour en savoir plus

Rappel des critères d’accès

criteres acces.jpg

Quelle que soit leur filière d’accès (matelot, officier marinier,  officier), les marins suivent une formation initiale dans une école de la Marine. Ils peuvent être affectés à terre ou en mer, en métropole ou Outre-mer.

L’Ecole des Mousses s’adresse aux jeunes de 16 à 18 ans qui souhaitent s’engager dans la Marine sans condition de diplôme. Elle offre une formation académique et une initiation au métier de marin militaire pour en faire des matelots aptes à vivre et à travailler en équipage sur les bâtiments de guerre lors d'un premier contrat de 4 ans. Pour en savoir plus cliquez_ici.gif

Tout au long de leur carrière, les marins ont la possibilité de suivre des formations et de passer des concours internes pour évoluer et accéder à des responsabilités supérieures.

> Où s’informer ?

Chaque troisième mercredi du mois de 10 h à 12 h à VILLENEUVE-SUR-LOT, une permanence se tient à la Mairie (rez de jardin, à gauche de l’escalier principal), organisée par le CIRFA MARINE de Bordeaux (Centre d'information et de Recrutement des Forces Armées). Il est nécessaire de prendre préalablement rendez-vous (CIRFA/Marine Bordeaux 05.57.53.60.23)


Adresse postale du CIRFA. : CIRFA Caserne Nansouty 223 rue de Bègles CS21152 - 33068 Bordeaux Cedex

Adresse géographique : 50  rue des Trois Conils Bordeaux Centre

Vous pouvez également vous adresser à notre l'association qui peut vous guider et vous conseiller.

E-mail : ammacdufumelois@free.fr ou en consultant les liens de ce site.
 

Et à tout moment sur le site internet www.etremarin.fr  ou par courriel marine.infocarrieres@wanadoo.fr 

marin1.PNG

marins2.PNG

marins3.PNG



booked.net
+23
°
C
+23°
+19°
Fumel
Lundi, 02

Free counters!

MENTIONS LEGALES

Notre partenaire

cercle nautique Fumélois