Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...

Infos Marine Nationale


oui.gif Ouverture à l'automne d'un Centre de préparation militaire Marine à Agen nouveau.png

Le lieutenant de vaisseau de réserve Richard Agenet, assistant départemental pour la Marine en Lot-et-Garonne communique :

Bien que la Marine Nationale n’ait pas d’unité stationnée dans le Lot-et-Garonne, le département a un lien fort avec cette institution. Villeneuve-sur Lot a été la ville marraine de la frégate « Georges Leygues » jusqu’à son désarmement et Agen a également été la ville marraine du PHM CDT BOUAN. Des lycées et collèges sont parrainés par des unités de la marine dans le cadre des classes de défense et de sécurité globale.

Je vous informe et vous prie de bien vouloir faire échos de cette information , que le centre de Préparation Militaire Marine d’Agen ouvrira ses portes en octobre 2019 et sera hébergée par le 48ème régiment de transmission, ce qui permettra également aux stagiaires de voir une autre facette des forces armées.

Vous avez la possibilité d’avoir plus d’information Marine en Aquitaine sur le site marine-aquitaine.org et www.etremarin.fr

LA PRÉPARATION MILITAIRE MARINE : Stage découverte de la marine nationale

Les Préparations Militaires Marine (PMM) sont des stages organisés par la marine nationale qui s’inscrivent dans le prolongement du parcours de citoyenneté effectué par les jeunes Français. En complément de la journée défense citoyenneté, elles visent à susciter leur adhésion à l’organisation et aux valeurs des forces armées.

Ouvert aux jeunes gens à partir de 16 ans, ce stage présente l’organisation, la politique et les enjeux de la défense, l’organisation générale de la marine nationale, avec une présentation de ses missions, des moyens matériels dont elle dispose ainsi que des métiers qui sont exercés au quotidien par des milliers d’hommes et de femmes.

Au travers de 12 samedis répartis sur l’année scolaire, il propose, en Nouvelle Aquitaine , dans les centres de Bordeaux, Poitiers, Rochefort, Brive-la-Gaillarde, Angoulême, Bayonne, Pau  et à partir de cette année à Agen, des formations militaires et maritimes théoriques et pratiques telles que :

-          initiation à la manœuvre, à la navigation et à la sécurité en mer,

-          entraînement au maniement d’armes, au tir et aux défilés,

-          initiation à la lutte contre les incendies.

Des cours dispensés par des moniteurs de secourisme permettent aux stagiaires d’obtenir l’attestation de formation aux premiers secours.

Une période bloquée d’une semaine dans un port militaire est l’occasion d’avoir une première expérience de la vie en équipage et, dans la mesure du possible, d’effectuer une sortie en mer.

A l’issue du stage, les stagiaires volontaires et aptes peuvent intégrer la réserve de la Marine, en suivant une formation initiale de réserviste qui leur fera découvrir les métiers de guetteur de la flotte, fusilier, secrétaire militaire ou marin pompier. Ils effectueront ainsi des activités opérationnelles pendant leurs périodes de réserves rémunérées, généralement au cours des vacances scolaires.

Ils pourront enfin, dès 17 ou 18 ans, postuler pour un engagement pour l’un des trente-cinq métiers que propose la Marine.

oui.gif Vers un porte-avion de nouvelle génération nouveau.png

PA2.PNG

oui.gif Un amiral français va diriger l'Etat major de l'Union européenne :

Pour la 2ème fois depuis sa création en 2001, l'EMUE va être dirigé par un français. Voir l'article ..... 

oui.gif L’exposition à l’amiante concerne aussi le personnel de la Marine nationale :

Ayant été exposés à l'amiante sur les bateaux de la Marine Nationale. 45 officiers mariniers en retraite du Nord Finistère demandent au tribunal administratif de Rennes, la condamnation de l'État pour non reconnaissance du "préjudice d'anxiété". L'audience a eu lieu ce jeudi 23 mai. Affaire à suivre.

Lire l’article publié le 22 mai par France Bleu Finistère

oui.gif Les premiers hélicoptères Guépard seront livrés en 2026 

Source Mer et Marine - publié le 28/05/2019 par Vincent Groizeleau

En déplacement le 27 mai dernier sur le site industriel Airbus Helicopters de Marignane, Florence Parly a annoncé le lancement du programme des hélicoptères interarmées légers (HIL) dès 2021, au lieu de 2022 comme prévu jusqu’ici. La livraison des premières machines sera même anticipée de deux ans puisqu’elle est désormais prévue en 2026. La ministre des Armées en a profité pour officialiser le nom de la future machine, qui sera baptisée Guépard.

Cet hélicoptère sera basé sur le H160M, version militarisée du nouvel appareil de la classe 6 tonnes d’Airbus Helicopters.

guepard.jpg

(photo© ERIC RAZ)

En tout, 169 Guépard doivent être commandés pour les forces françaises, soit 80 pour l’armée de Terre, 49 pour la Marine nationale et 40 pour l’armée de l’Air.

Au sein de l’aéronautique navale, ils permettront de remplacer les Alouette III, les Panther, les Dauphin Pedro ainsi que les Dauphin dits de « service public ».

Adapté aux embarquements sur bâtiments, en particulier des frégates et patrouilleurs hauturiers, le Guépard Marine pourra assurer des missions de surveillance et de lutte antisurface, avec notamment l’emport du missile antinavire léger ANL, ainsi que du sauvetage en mer et des opérations de transport.

oui.gif CMN met à l’eau son premier remorqueur-pousseur de 10 tonnes

(source internet Le Marin)

Le premier des trois remorqueurs-pousseurs de type RP 10 destinés à la Marine nationale et construits par CMN a été mis à l’eau le 7 mai à Cherbourg. En janvier 2017, la direction générale de l’Armement avait notifié la commande, pour la Marine nationale, de 29 remorqueurs-pousseurs de type RP 10 à un groupement formé par les chantiers SEE Merré et CMN. La tranche ferme de sept unités est en cours de livraison. Baptisé Goéland, le premier de CMN doit désormais subir quelques essais avant de rejoindre Toulon d’ici la fin du mois. Les deux suivants, les Gravelot et Mouette, sont destinés au port militaire de Cherbourg et seront livrés en juin et juillet. Avec 11,90 mètres de long, 5,20 de large et un tirant d’eau de 2 mètres, ces RP 10 sont dotés de deux moteurs Volvo de 294 kW. D’un poids de 37,5 tonnes lège, ils disposent de 10 tonnes de poussée. Ils sont dotés d’un rostre réglable en hauteur, pour pouvoir manœuvrer tous types de sous-marins. Merré et CMN attendent maintenant la notification de la tranche conditionnelle de 22 unités. Ce groupement a également répondu à un appel à candidature pour une série de RP 30.

rp_10_goeland.jpg

Le « Goéland » a été mis à l’eau le mardi 7 mai avec le travelift de 300 tonnes de Ports de Normandie, dédié au pôle de réparation navale cherbourgeois. (Photo : Jean Lavalley)

oui.gif Le sémaphore du cap Cépet, rénové, officiellement inauguré

Source site Internet : www.lemarin.fr – article de Alain Lepigeon publié le 2 mai 2019

Le vice-amiral d’escadre Charles Henri Du Ché, préfet maritime de la Méditerranée, a inauguré le 2 mai le sémaphore du cap Cépet (presqu’île de Saint-Mandrier), rénové et rehaussé, résultat de 18 mois de travaux. Durant cette période, une structure métallique avait été montée afin que la surveillance des approches de la rade de Toulon et le contrôle de la navigation soient maintenus. Les locaux techniques et de vie du sémaphore ont également bénéficié d’une réfection. Rehaussé, le sémaphore permet une vision plus lointaine pour les marins et une efficacité accrue des senseurs. Dix-neuf sémaphores jalonnent les côtes méditerranéennes, dont sept en Corse. Les travaux au cap Cépet entrent dans le cadre d’un programme de rénovation des sémaphores de la façade. En fonction du schéma directeur établi, il est prévu cinq rénovations en Méditerranée entre 2019 et 2025.

semaphorecapceret.jpg

oui.gifLa Marine nationale va armer le troisième navire de recherches archéologiques du DRASSM

Source  site Internet www.lemarin.fr – article de  François Jouannet publié le 2 mai 2019

Le Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines (DRASSM) est un service à compétence nationale dépendant du ministère de la Culture et établi à Marseille.


 

Après l’André Malraux en 2012 et Le Triton en 2016, le DRASSM va faire construire un troisième navire. La décision qui permettra d’étendre le rayon d’action de la flotte du DRASSM à l’outre-mer a été actée au sommet de l’État. Pour des raisons budgétaires, l’armement de cet André Malraux 2 sera assuré par la Marine nationale et non par des navigants employés directement par le ministère de la Culture.
Comme les deux premiers navires, il devrait être réalisé par le chantier naval de La Ciotat H2X, grand spécialiste français des coques en composite de longue portée avec des capacités allant jusqu’à 50 mètres de long. À 43 mètres de long et 12 de large, le navire sera plus imposant que l’André Malraux (36,30 mètres x 8,8). Il disposera notamment d’un pont arrière plus vaste pour pouvoir embarquer ses multiples supports de plongée.

La grande nouveauté sera surtout sa capacité à naviguer en haute en mer pour explorer le domaine français ultra-marin. Limité à une autonomie de 1500 milles, soit la capacité de relier Brest depuis son port d’attache de Marseille, l’André Malraux ne peut intervenir que dans les eaux territoriales de la France métropolitaine.La France est l’un des rares pays au monde à disposer d’un service public d’archéologie sous-marine, qui plus est avec des navires en propre spécialement conçus pour ce type de missions. Créé en 1966 à l’initiative d’André Malraux, premier ministre de la Culture de la Ve République, le DRASSM est établi à Marseille. Depuis 2009, il occupe des locaux en propre dans le quartier de l’Estaque au nord de la métropole. Sous son impulsion, l’université d’Aix-en-Provence dispense un master en archéologie maritime et littorale unique en France, si ce n’est en Europe.

Bénéficiant des atouts liés à la liberté de navigation, la TF 473, commandée par le contre-amiral Olivier Lebas, est un véritable outil politico-militaire, qui se déploiera dans des zones d’intérêt stratégique, allant de la Méditerranée à la zone Indo-Pacifique en passant par l’océan Indien.

oui.gif Le retour de l’aéronavale japonaise

Source CERPA- Armée de l'Air

Le 18 décembre 2018, le gouvernement Abe, dans le cadre de l’adoption du plan de défense, a validé l’acquisition de chasseurs américains F-35 A et B ainsi que la transformation des porte-hélicoptères destroyer Izumo et Kaga en porte-aéronefs, les premiers depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Cette décision marque une nouvelle évolution de la politique pacifiste et défensive du Japon adoptée après 1945 et s’inscrit dans un contexte de contentieux territorial avec la Chine autour de la souveraineté de l’archipel Sankaku/Diaoyu. Lire la suite...

oui.gif La Grande-Bretagne, état des lieux maritime à l’heure du Brexit

Source ISEMAR

Au printemps 2019, la Grande-Bretagne entre dans une nouvelle période politique et économique en sortant de l’UE. S’il est difficile de dire ce que seront les prochains mois et années, l’ISEMAR se propose de brosser un large tableau de tout ce qui fait les industries maritimes et portuaires de la nation historiquement la plus liée à mer d’Europe et du monde. En effet, à la fois système insulaire et foyer d’origine du commerce maritime moderne, la Grande-Bretagne va entrer dans un monde nouveau du point de vue des échanges. Cela concerne l’environnement énergétique, le fonctionnement portuaire et les liens rouliers avec le continent. La GB maritime va aussi être affectée par le Brexit, car si le shipping reste à l’échelle globale, être dans l’UE n’était pas une chose neutre et il est probable que le centre maritime majeur qu’est Londres va perdre un peu de sa splendeur. Lire la suite..

oui.gif Mesures d'organisation et d'adaptation de la défense 2019 - Marine nationale

A la suite de l'annonce du plan stratégique Mercator pour une Marine en 2030 et du vote de la loi de programmation militaire pour les années 2019 à 20205, les mesures de réorganisation prises pour 2019 s’inscrivent à la fois dans la stratégie de transformation de la Marine nationale et dans les mesures plus globales de renforcement des forces opérationnelles et des fonctions de renseignement, de protection et de cybersécurité.

Création de 7 équipages afin de permettre l’armement, la conduite des essais et la montée en puissance opérationnelle en vue de l’admission au service actif de nouveaux bâtiments et du passage d’autres bâtiments à 2 équipages :

• Noyau d’équipage de conduite de la première frégate multi-missions de défense aérienne « Alsace » à Lorient.

• Noyau d’équipage Bleu du sous-marin nucléaire d’attaque Duguay-Trouin.(type Barracuda)

• Deuxième équipage de la frégate multi-missions Aquitaine à Brest. (1)

• Deuxième équipage de la frégate multi-missions Languedoc à Toulon.

• Équipage du troisième patrouilleur léger demandé pour les Antilles après le passage de l’ouragan Irma.

• Deuxième équipage à 20 marins du patrouilleur de service public Flamant à Cherbourg

• Deuxième équipage des bâtiments de soutien et d’assistance hauturier Seine et Garonne, respectivement destinés à Toulon et Brest (voir présentation ci-dessous).

• Centre de renseignement de l’opération Atalante, le Maritime Security Center – Horn of Africa (MSCHoA) créé à Brest et mis sur pied dans le cadre d’un accord franco-espagnol pour évaluer la situation maritime et les risques de piraterie dans la zone de la corne de l’Afrique. Cette création est une conséquence du Brexit.

Dissolution de 5 équipages :

• Frégate anti-sous-marine Primauguet, basée à Brest.

• Frégate anti-aérienne Cassard, basée à Toulon.

• Sous-marin nucléaire d’attaque Saphir, basé à Toulon.

• Remorqueur ravitailleur Taapé, basé à Toulon.

• Bâtiment de soutien de région Elan, basé à Cherbourg.

Poursuite de la manoeuvre de transformation :

• Création d’une antenne de l’école de Maistrance à Toulon.

• Poursuite de la manoeuvre de renforcement du soutien aéronautique.

• Renforcement de la chaîne sémaphorique sur la façade Atlantique.

• Création d’un peloton de sûreté maritime et portuaire de gendarmes maritimes à Calais.

• Renforcement de la brigade de gendarmerie maritime à Nice.

  1. Point d’info sur le programme FREMM

Alors que la FREMM [Frégate multimissions] « Provence » vient de rejoindre Toulon pour compenser le retrait de la frégate anti-sous-marine « Jean de Vienne », la Direction générale de l’armement [DGA] vient de réceptionner la « Bretagne », le cinquième navire de la série destiné à la Marine nationale.

Le programme FREMM est conduit au sein de l’Organisation conjointe de coopération en matière de programmes d’armement [OCCAR], en coopération avec l’Italie. Il participe à renouveler la composante frégate de la marine avec 8 bâtiments qui constitueront la colonne vertébrale de la flotte de surface. Les FREMM, conçues, développées et entretenues par Naval Group, sont les seules frégates européennes à mettre en œuvre des missiles de croisière navals [MdCN] .

Étant connu que la façade méditerranéenne est déjà pourvue de 3 FREMM de lutte anti-sous-marine, la Bretagne, premier bâtiment à porter ce nom depuis 70 ans, sera basée à Brest, avec l’Aquitaine et, à terme, la Normandie, mise à l’eau en février dernier au chantier naval de Naval Group à Lorient.

Selon la Loi de programmation militaire 2019-25 que le président Macron a promulguée le 13 juillet, la FREMM Normandie sera livrée en 2019. Les deux derniers navires de la série (Alsace et Lorraine), qui auront des capacités renforcées dans le domaine de la défense aérienne, seront livrés en 2021 et en 2022.

Ce texte prévoit également l’entrée en service des deux premières des cinq Frégates de taille intermédiaire [FTI] d’ici à 2025 ainsi que la rénovation, avec l’ajout d’un sonar, de 3 frégates légères furtives de type La Fayette. Le but de la manoeuvre est de permettre à la Marine nationale de disposer de 15 navires de « premier rang ».

Initialement, il était prévu de construire 17 FREMM pour les besoins de la « Royale ». Seulement, par souci d’économies lors de l’élaboration de la LPM 2009-14, la cible a été revue à 11 exemplaires (au passage, selon la Cour des comptes, le coût unitaire d’une FREMM s’est envolé de 67% par rapport au prix initial).

Puis, la LPM suivante a revu une nouvelle fois l’objectif à la baisse, la priorité ayant été donnée au programme FTI, censé « doper » les exportations.

Pour rappel, armée par un équipage réduit à 108 marins, une FREMM assure des missions allant de la lutte anti-sous-marine et anti-navire à la maîtrise d’une zone d’opération maritime en passant par la frappe de précision dans la profondeur avec ses 16 MdCN. Dotée du système de combat de dernière génération SETIS, de deux sonars (1 remorqué et 1 de coque), de systèmes de guerre électronique, elle  dispose de 16 missiles surface-air Aster 15, de 8 missiles mer-mer Exocet, de 19 torpilles MU-90, de 4 mitrailleuses, dont 2 téléopérées, d’un canon de 76 mm et d’un hélicoptère de type NH-90 NFH « Caïman ».

S’agissant des équipages, lors d’une récente audition parlementaire, et après avoir admis que la Marine avait été « trop loin » dans la réduction des équipages de ses nouvelles frégates. le CEM, l’Amiral Prazuck, avait expliqué que son plan stratégique  Mercator pour la Marine 2030 prévoyait de doubler les équipages de FREMM, à l’instar de ce qui est pratiqué dans les sous-marins, afin de garantir aux équipages de la prévisibilité sur leurs programmes d’activité.

pic.twitter.com/GWHxHdZqKp

compte Twitter du Chef d'état-major de la Marine (@amiralPrazuck) 20 juillet 2018

Dernières nouvelles  : Naval Group met à l’eau la frégate Alsace nouveau.png

La première des deux frégates multi-missions à capacités de défense aérienne renforcées (FREMM DA) est sortie le 18 avril de la forme de construction du chantier Naval Group de Lorient. L’Alsace est désormais au quai d’armement de la rive gauche du Scorff, où son achèvement va se poursuivre en vue d’une livraison en 2021 à la Marine nationale. Son sistership, la Lorraine, va maintenant pouvoir être mise sur cale avec comme objectif de rallier la flotte française en 2022.

    Parrainage de la FREMM Bretagne 

Bretagne.PNG

oui.gif Cherbourg, la plus grande rade artificielle du monde

L'histoire en images de la construction de la digue qui a donné au port de Cherbourg la destinée qu'on lui connait aujourd'hui en lui conférant une importance stratégique inégalée. Pour en savoir plus....

oui.gif Toulon et sa rade nouveau.png

La rade de Toulon abrite le port militaire de Toulon qui est la principale base navale française en accueillant la majeure partie de la Fore d'action navale comprenant notamment le porte-avions Charles de Gaulle ainsi que les sous-marins nucléaires d'attaque, ce qui représente plus de 60% du tonnage de la Marine nationale.           

 Visitez la rade de Toulon en images...PPS.jpg

oui.gif Une visite virtuelle des bâtiments et aéronefs de la Marine nationale

Cliquer sur le lien et aller à la découverte,…..
C'est superbe et l'on s'y croirait vraiment !!
A visionner sans modération ………….!!!!

http://visites.colsbleus.fr/index.html
 

oui.gif Les plus beaux voiliers du monde : PPS.jpg

oui.gif La face cachée de l'Hermione

La nouvelle Hermione, dont la construction a demandé près de vingt ans, réplique en tout point de la première frégate du XVIIIe siècle, a dû, sécurité oblige, sacrifier à la modernité et répondre aux conditions que l’on exige en 2015, pour autoriser un bateau à prendre la haute mer.

Le document qui vous est proposé montre  comment ces aménagements ont été intégrés dans la frégate.

Pour en savoir plus,  cliquez_ici.gif

 oui.gif Information sur le recrutement dans la Marine Nationale

Chaque année, la Marine nationale propose à 3500 jeunes de 16 à 30 ans du niveau 3ème à Bac+5 de rejoindre ses équipages parmi 50 métiers.

Etre marin, c’est choisir d’être militaire, professionnel de la mer, c‘est choisir d’évoluer dans une institution où les valeurs de solidarité et d’autonomie se vivent au quotidien.

Selon le niveau d’études trois filières d’accès sont proposées pour devenir :

Matelot de la Flotte et quartier maître

Officier marinier

Officier

Cliquez sur une des filières pour en savoir plus

Rappel des critères d’accès

criteres acces.jpg

Quelle que soit leur filière d’accès (matelot, officier marinier,  officier), les marins suivent une formation initiale dans une école de la Marine. Ils peuvent être affectés à terre ou en mer, en métropole ou Outre-mer.

Tout au long de leur carrière, ils ont la possibilité de suivre des formations et de passer des concours internes pour évoluer et accéder à des responsabilités supérieures.

> Où s’informer ?

Chaque troisième mercredi du mois de 10 h à 12 h à VILLENEUVE-SUR-LOT, une permanence se tient à la Mairie (rez de jardin, à gauche de l’escalier principal), organisée par le CIRFA MARINE de Bordeaux (Centre d'information et de Recrutement des Forces Armées). Il est nécessaire de prendre préalablement rendez-vous (CIRFA/Marine Bordeaux 05.57.53.60.23)


Adresse postale du CIRFA. : CIRFA Caserne Nansouty 223 rue de Bègles CS21152 - 33068 Bordeaux Cedex

Adresse géographique : 50  rue des Trois Conils Bordeaux Centre

Vous pouvez également vous adresser à notre l'association qui peut vous guider et vous conseiller.

E-mail : ammacdufumelois@free.fr ou en consultant les liens de ce site.
 

Et à tout moment sur le site internet www.etremarin.fr  ou par courriel marine.infocarrieres@wanadoo.fr 

marin1.PNG

marins2.PNG

marins3.PNG



booked.net
+23
°
C
+23°
+19°
Fumel
Lundi, 02
Free counters! MENTIONS LEGALES