Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...


Infos Marine Marchande


oui.gif 1. Nouvelles du monde de la marine marchande.nouveau.png

 puce.gif 1-1 Nouvelles réglementations concernant les émissions de gaz par des navires de commerce

Depuis le 1 janvier 2020 des nouvelles règles internationales de l’OMI (Organisation Maritime Internationale) concernant la limitation des émissions de gaz par des navires de commerce sont entrées en vigueur.

Cette nouvelle réglementation oblige les armateurs à réduire les émissions de soufre de leurs navires de 85%. Cette nouvelle réglementation vise à réduire l’impact environnemental de l’industrie maritime et à améliorer significativement la qualité de l’air.

En générale les navires de marine marchande utilisent comme combustible du fioul lourd qui a un contenu en soufre très élevé.

Depuis que la convention MARPOL 73/78 (règlementation antipollution) est entrée en vigueur après les accidents de l’AMOCO CADIZ et TORY CANNYON la réglementation concernant la pollution de l’air est devenue de plus en plus stricte :

  • 2005 annexe VI de la convention MARPOL concernant la pollution des airs entre en vigueur et limite les émissions de soufre à 4.4 %

  • 2012 la limite des émissions en soufre est réduite à 3.5 %

  • 2020 la limite des émissions en soufre est réduite à 0.5 % avec certaines zones dans le monde (mer Baltique – mer du nord et autres) ou la limite est de 0.1%.

Cette nouvelle réglementation a des impacts importants sur les combustibles utilisés, la production des fiouls lourd avec des contenus respectant la nouvelle réglementation est limitée et pas disponible dans tous les ports du monde. Pour cette raison des grandes compagnies comme CGM-CMC et EXMAR ont positionnés des navires de stockage dans des régions stratégique du monde pour pouvoir approvisionner leurs navires en fioul. Des autres armateurs ont installé des systèmes de SCRUBBERS (lavage des gaz) coûtant plusieurs millions de dollars sur leurs navires. Cette nouvelle réglementation a également comme résultat que de plus en plus des nouvelles constructions utilisent des carburants plus propres comme le GNL, biogaz et hydrogène.

puce.gif  1.2 Les attaques par des pirates en forte augmentation en Afrique de l'Ouest

marmar_janv20.png

Le nombre d’attaque des bateaux de commerce dans le monde a diminué er 2019 sauf dans le Golfe de Guinée où on a constaté une forte hausse des attaques et des prises d’otage d’équipage. Durant le mois de décembre 2019, 57 membres d’équipage ont été pris en otage par des pirates la plupart au large mais en dehors des eaux territoriales du Nigéria et du Cameroun.

Source : International Maritime Bureau

puce.gif  1.3 Navires marchands attaqués par des pirates.

L’« INTERNATIONAL MARITIME BUREAU - IMB », une organisation internationale non-gouvernementale basée à KUALA LUMPUR – Malaysie, rapporte qu’au mois de novembre 2019, comparé à la même période, moins de navires de commerce ont été attaqué par des pirates. IMB rapporte qu’il a moins d’attaques par des pirates dans le Golfe d’ADEN et les côtes somalienne mais que pour l’Afrique de l’ouest (Nigéria – Cameroun – Gabon –Angola) les activités ont augmenté considérablement. IMB rapporte qu’également en Asie Sud-Est (détroit de Malacca, détroit de Singapore) plus de navires sont attaqués ainsi que sur les côtes Sud-Américaines.

L’INTERNATIONAL MARITIME BUREAU est affilié à la Chambre Internationale de Commerce et a été fondé en 1981. Le brut principal de l’IMB est de rapporter tout acte de piraterie en relation avec la marine marchande.

Quelques incidents rapportés par l’IMB.

02.11.2019

Vraquier navigant à 9 miles nautiques de Cotonou – Benin- attaqué par des pirates. Neuf membres de l’équipage enlevés.

07.11.19

Pétrolier navigant à 57 miles nautiques au NW de San Tomé et Principe attaqué avec des armes automatiques. Pas de blessés parmi l’équipage qui avait mis en action le plan anti pirates, le navire a pu continuer sa route.

08.11.2019

Quatre individus s’introduisent à bord d’un vraquier en chargement au port d’Agadir et attaquent l’équipage. Le plan anti pirate est actionné, les autorités portuaires alerté. Les pirates ont réussis à s’échapper.

11.11.2019

Navire transporteur de personnel travaillant sur des installations pétrolières au Nigéria attaqué par des pirates quand le bateau était en route de Bonny vers le port d’ONNE (Port Harcourt). Quatre personnes enlevées.

18.11.2019

Pétrolier attaqué par des pirates quand le navire passait le détroit de Singapore.

23.11.2019

Un navire au mouillage au large du port de CALLAO – Pérou – attaqué par des pirates qui ont réussi à voler des amarres et autres équipements. Il n’y a pas eu de victime parmi l’équipage

27.11.2019

Un vraquier attaqué par des pirates quand le navire passait le détroit de Singapour. Grace à l’intervention des gardes côtes Singapouriens il n’y a pas eu de victime parmi l’équipage.

03.12.2019

Un pétrolier sous pavillon de Hong-Kong est attaqué quand le navire naviguait à 76 miles nautiques au Sud de BONNY – Nigéria. Douze membres d’équipage ont été pris en otage par les pirates.

Source : International Maritime Bureau

puce.gif  1.4 La flotte française en progression.

Les dernières statistiques de la flotte de commerce française publiées par la Mission flotte de commerce montrent un gain net de huit navires pour le premier semestre 2019. Au 1er juillet, la flotte compte 415 navires de plus de 100 UMS (unité de tonnage) sous pavillon français, dont 177 de transport (dont 86 au Rif), pour 6 millions d’UMS et 7 millions de tonnes de port en lourd, et 238 navires de service (dont 95 au Rif) pour 402 551 UMS. En six mois, la flotte de transport gagne onze navires et en perd quatre, la flotte de service en gagne six pour cinq sorties. L’âge moyen de la flotte de transport est de 10,5 ans, contre 17,3 pour la flotte mondiale et 15 pour celle de l’Union européenne. Celui de la flotte de services maritimes est de 16,6 ans. Côté navires neufs, un pétrolier est entré, l’Hydra de Socatra pour la Corse, rejoint en août par le Sedna. Au premier semestre, CMA CGM a reçu trois porte-conteneurs neufs pour les Antilles, les CMA CGM Fort de France, Fort Royal et Fort Saint-Charles, rejoints en juillet par le quatrième e CMA CGM Fort Fleur d’Épée. Louis Dreyfus armateurs a fait aussi entrer le Wind of Change pour travailler sur les champs éoliens en mer du Nord. Ponant a, lui, mis en service les troisième et quatrième paquebots de la série Ponant explorers, les Bougainville et Dumont d’Urville.

Source : Le Marin adressé par François Jouannet

oui.gif 2. Quelques chiffres. nouveau.png

Quatre-vingt-dix pour cent (90%) de commerce mondial se fait par voie maritime, elle est la clé  de l’économie mondiale. La flotte mondiale de la marine marchande ou marine de commerce compte environs 91.000 navires, dont 269* sous pavillon français avec une capacité de + 2.000.000.000 Tonnes de port en lourd (DWT)

La flotte Française* est composé de :

Nombre

Type

Nombre

Type

9

Paquebots /navires de croisière

15

Cargo polyvalents et mixtes

41

Transbordeurs

25

Portes conteneurs

17

Vedettes à passagers

59

Navires Offshore

34

Pétroliers

40

Navires spécialisés

7

Transporteurs gaz liquide

19

Rouliers / RO-RO

1

Transporteurs vrac sec

*Données au 1 janvier 2019 : source Direction Générale des infrastructures, des transports et de la mer

Les plus importantes nations maritimes en nombre de navires sont:

Mondiale**

Européens**

Indonésie***

9000 navires

Malte

2205 navires

Panama

7900 navires

Italie

1400 navires

Japon

5299 navires

Grèce

1350 navires

Chine

4600 navires

Grande Bretagne

1150 navires

Singapore

3500 navires

Chypre

1020 navires

Les plus importantes nations maritimes en port en lourd DWT

Mondiale**

Européens**

Grèce

330 176 000

Grèce

330 176 000

Japon

223 615 000

Allemagne

107 119 000

Chine

183 094 000

Norvège

50 390 000

Allemagne

107 119 000

Royaume Unie

40 950 000

Singapore

103 583 000

Danemark

30 212 000

Hong Kong

97 808 000

Suisse

24 900 000

Corée du Sud

77 278 000

Belgique

23 630 000

**Chiffres approximatifs – source UNTAD report 2018

*** Que le pavillon Indonésien compte le plus grand nombre de navires au monde est partiellement due au fait de la protection de pavillon, seule des navires battant le pavillon Indonésien peuvent travailler dans l’industrie pétrolière, services portuaire, construction ou en cabotage. 

Sur l’échelle mondiale la marine marchande emploie approximativement 466.000 officiers et 721.00 membres d’équipage, 20% des équipages sont de nationalité Philippine. La marine marchande française compte environs 3.000 officiers.

 oui.gif 3. Les armateurs Français. 

La France compte environs soixante armateurs opérant dans les différentes branches de l’industrie. Les principales activités sont les transports de conteneurs, pétrole, gaz, passagers et les activités offshores.

De plus amples informations concernant des armateurs et leurs activités sont disponibles sur  www.armateursdefrance.org

oui.gif 4. Les carrières à la marine marchande

La marine marchande offre des carrières stables pour des officiers pont (Commandant) et des officiers mécaniciens (Chef mécanicien). Les officiers pont sont en charge de la navigation, les chargements ainsi que la sécurité et sureté. Le Commandant a la responsabilité globale du navire. Les officiers mécaniciens ont en charge côté technique du navire.

  Les salaires sont en fonction du grade et peuvent aller de 3.000 à 5.000 Euros voir plus selon la taille et type du navire. Si les périodes de navigation peuvent être longues (jusqu'à 3-4 mois d'affilée), elles sont suivies de récupération tout aussi longues. Trois mois de vacances peuvent succéder à trois mois de travail, un rythme que certains apprécient. Dans l’industrie off-shore, la rotation 4 semaines à bord suivie de 4 semaines de récupération sont en générale la règle. 
 

           

       

oui.gif 5. L’enseignement et les carrières maritimes en France et en Europe. 

L’enseignement

L’enseignement maritime en France et dans le monde est basé sur des conventions internationales de l’Organisation Maritime Internationale – IMO – qui est l’agence des Nations Unies pour les affaires maritimes. La convention Internationale STCW 2012 – Standard Training for Crew and Watchkeeping – définit les critères minimaux pour la formation des marins, aussi bien les officiers que les équipages. Toutes les nations qui sont membres des Nations Unies et qui ont ratifiées la convention STCW 2012 ont les mêmes minima pour la formation des marins. Un grand nombre des écoles d’enseignement maritime ont des standards plus élevés que le minimum requis par la convention. En Europe les études maritimes sont du niveau BAC + 5. Les diplômes délivrés par les écoles nationale supérieures maritimes – ENSM - sont reconnues dans le monde entiers et vous autorisent  de naviguer sous tous les pavillons.

Les écoles en France :

ENSM de Marseille - 39, avenue du Corail CS 50040 - 13285 Marseille Cedex 08
Numéro du site de Marseille : +33(0)9 70 00 04 72 / ensm.marseille@supmaritime.fr                        

ENSM du Havre - 10, Quai Frissard - 76600 Le Havre
Numéro du site du Havre : +33(0)9 70 00 03 80 / ensm.lehavre@supmaritime.fr

ENSM de Saint-Malo - 4, rue de la Victoire BP 109 - CS 71831 - 35412 Saint-Malo Cedex
Numéro du site de Saint-Malo : +33(0)9 70 00 04 10 / ensm.saint-malo@supmaritime.fr

ENSM de Nantes - 38, rue Gabriel Péri BP 90303 - 44103 Nantes Cedex 04
Numéro du site de Nantes : +33(0)9 70 00 04 30 / ensm.nantes@supmaritime.fr

Il est à noter qu’en générale dans la majorité des pays Européens l’accès à l’enseignement maritime se fait par concours ce qui est également le cas en France. Ceci a comme conséquence qu’un grand nombre de jeunes Français font leurs études en Belgique (Anvers) à l’Antwerp Maritime Academy  (HZS/ESN) qui a une section française. 

Antwerp Maritime Academy - Noordkasteel Oost 6 - 2030 Antwerpen. Tel. +32 (0)3 205 64 30 

E-mail: info@hzs.be

oui.gif Les carrières 

Dans la marine marchande les promotions peuvent être très rapides et souvent on peut atteindre le poste de Commandant ou Chef  mécanicien à l’âge de 30 ans. Mais les carrières de navigants aussi bien pour les officiers pont que mécaniciens sont relativement coutes. En générale et ceci pour des raisons familiales les carrières de navigant se terminent après 10 à 15 ans.  De nos jours il est rare que quelqu’un reste en mer jusqu’à l’âge de la retraite.
    
La question souvent posée  est : QUE PEUT-ON FAIRE APRES UNE CARRIERE DE NAVIGANT ? 

Après une carrière de navigant, les diplômes des écoles supérieures maritimes vous donnent accès à un grand nombre de poste dans différent branches de l’industrie maritime comme le pilotage, les administrations portuaires, l’administration maritime, les sociétés de classification comme le Bureau Veritas,  les compagnies d’assurance spécialisées dans l’assurance maritime, les chantiers navals, pour ne citer que ceux-là. Les compagnies pétrolières emploient un grand nombre d’anciens navigants comme spécialistes marine pour leurs opérations off-shore. On retrouve un grand nombre de Chef-Mécanicien comme cadres dans les raffineries et l’industrie pétrochimique. En générale les anciens navigants sont appréciés pour leur compatibilité à confronter et résoudre les problèmes posés rapidement. 
 



booked.net
+23
°
C
+23°
+19°
Fumel
Lundi, 02

Free counters!

MENTIONS LEGALES

Notre partenaire

cercle nautique Fumélois